Les tombeaux princiers ont retrouvé leur éclat

Joyaux du monastère royal de Brou, les tombeaux princiers ont retrouvé tout leur éclat après plusieurs mois de restaurations.

Les tombeaux princiers sont les joyaux du monument. Ils perpétuent dans la pierre le désir d’une vie éternelle et la puissance de Marguerite d’Autriche, la fondatrice du monument. Une campagne de plusieurs mois a été nécessaire pour le redonner tout leur éclat.

Vous pouvez admirer la majesté et la finesse des décors sculptés dans les matériaux les plus nobles marbre blanc de Carrare, albâtre de Saint-Lothain (Jura), pierres noires de Belgique et de Suisse.

UN ÉCLAT RETROUVÉ

Les restauratrices Sabine Kessler, Agnès Le Boudec-Andrieu, Julie André-Madjlessi, Delphine Masson, Frédérique Berson, Marie Dumas et Sara Benkhalifa se sont succédées avec un plaisir certain. 

« Le travail délicat de dentelles de pierre, les nuances des matériaux, les détails qui avaient disparu, tels que les veines de l’albâtre du transi de Philibert II réapparaissent aujourd’hui pour notre plus grand bonheur », précise l’une d’elles.

Les éléments mobiles des structures et les pinacles ont été déposés, nettoyés puis remontés. Les armatures oxydées remplacées, les statuettes refixées. Les joints sont mieux intégrés à l’ensemble par un mortier à base de chaux et de poudre de pierre.

L’ensemble des surfaces a été nettoyé avec beaucoup de délicatesse, avec de l'eau et de la vapeur d'eau. Des outils simples ont été utilisés : pinceaux, papier absorbant, coton et brosses à dents. Un traitement de surface a été appliqué sur les parties basses pour leur redonner profondeur et poli.

 

LA SIBYLLE DE CUMES

Cette statue du tombeau de Philibert le Beau a été décapitée en 1831. Grâce à un dessin antérieur, une petite tête en albâtre donnée au musée de Saint-Omer en 1856, a pu être identifiée comme étant celle de cette sibylle.
La procédure de transfert de propriété entre la Ville de Saint-Omer et l’État a été validée en décembre 2018.

Près de 2 siècles après avoir perdue la tête, la sibylle de Cumes est aujourd'hui reconstituée !

 

UN FINANCEMENT PARTICIPATIF EXEMPLAIRE

La campagne de collecte a permis de rassembler près de 8 000 €, pour un budget global d’opération (étude et restauration) de 164 000 euros TTC. 39 donateurs ont contribué à cette restauration. Merci à eux !

Les mécènes bienfaiteurs, grands mécènes, mécènes et amis généreux ont eu le privilège d’assister à une démonstration du travail minutieux mené par les restauratrices.