Si Brou m'était conté

23 février 2021 Famille

Découvrez les contes inédits inspirés des œuvres du musée du monastère royal de Brou ! Des histoires à écouter en famille, que l'on soit petit ou grands.

Écrits et réalisés fin 2020, ces contes ont été imaginés pour découvrir autrement les tableaux du musée, au moment où celui-ci était fermé.

Diffusés chaque semaine de confinement sur nos réseaux sociaux, retrouvez-les ici en intégralité !

Mer au soleil couchant

Antoine Chintreuil (Pont-de-Vaux, 1814 - Septeuil, 1873)
La mer au soleil couchant, Fécamp
Vers 1866
Huile sur toile - Inv. D 973.14 (dépôt du musée du Louvre)

La sensibilité du « peintre des brumes et des rosées », aux variations lumineuses, annonce l'impressionnisme. En haut des falaises, un jeune pâtre délaisse son troupeau pour admirer le coucher de soleil au-dessus de la mer. La vue plongeante sur l'horizon infini renvoie la petite silhouette à l'immensité et la beauté de la nature.

Femme arabe au Narguilé

Jules Migonney (Bourg-en-Bresse, 1876 - Paris, 1929)
Femme arabe au narghilé
1909
Huile sur toile - Inv. 929.4 (legs Migonney)

De son séjour en Algérie en 1909-1911, Migonney rapporte de nombreuses images orientales comme celle-ci. La jeune femme, nous regardant d'un air mélancolique, tient l'embout d'un narghilé, pipe orientale, dont la fumée traverse un vase rempli d'eau parfumée. Le goût de la couleur et de l'arabesque s'exprime ici pleinement.

L'évanouissement d'Esther

Jean Jouvenet (Rouen, 1644 - Paris, 1717)
L'évanouissement d'Esther devant Assuérus
1670-75
Huile sur toile - Inv. 872.4 (transfert de propriété de l'État à la ville de Bourg en 2013)

Esther, belle épouse juive du roi de Perse Assuérus, lui demande la grâce de son peuple menacé d'extermination mais s'évanouit d'émotion. Le roi, touché, accède à sa requête. Marqué par le classicisme de Poussin, où le dessin et l'équilibre de la composition priment, Jouvenet est reçu à l'Académie royale en 1675 en présentant ce tableau.

Viviane et Merlin

Gustave Doré (Strasbourg, 1832 - Paris, 1883)
Viviane et Merlin
Vers 1867
Huile sur toile - Inv. 2013.1 (achat avec l'aide du FRAM et de la Chambre des notaires de l'Ain)

Cette peinture s'inspire du poème Viviane du poète victorien Alfred Tennyson. L'enchanteur Merlin est assis sous un chêne de la forêt de Brocéliande auprès de la fée Viviane qui va le piéger. Elle prend les traits d'Adelina Patti, cantatrice surnommée « Rameau d'or », avec laquelle Doré entretient une liaison tumultueuse en 1867-68.

Le bouleau blanc

Antoine Chintreuil (Pont-de-Vaux, 1814 - Septeuil, 1873)
Le Bouleau blanc
Années 1850 (?)
Huile sur papier marouflé sur toile - Inv. 980.6 (achat)

La silhouette du jeune bouleau, aux branches encore dépourvues de feuilles, se découpe sur un ciel bleu traversé par un vol d'oiseaux. Ce tableau délicat, sorte de portrait-paysage, fut offert par Jean Desbrosses, ami et disciple de Chintreuil, à Mathilde Desbrochers, sa filleule, pour sa première communion en 1878.

Bulles de savon

Gaspard Gresly (L'Isle sur le Doubs, 1712 - Besançon, 1756)
Les bulles de savon
Milieu du 18e siècle
Huile sur toile - Inv. 853.66 (legs Lorin, 1853)

Gresly est un artiste franc-comtois spécialiste de de scènes de genre familières et de natures mortes, notamment en trompe-l'œil. Ici, il représente trois jeunes garçons jouant à souffler des bulles de savon. Mais cette scène charmante de l'enfance est aussi un message philosophique sur la fragilité de la vie et sa vanité. Il suffit en effet de quelques secondes pour que la bulle éclate.

Peau d'Âne

Jean-Antoine Laurent (Baccarat, 1763 - Épinal, 1832)
Peau d'Âne
1819
Huile sur toile - Inv. 986.3 (achat avec l'aide du FRAM)

Peau d'âne est un conte que Charles Perrault a rendu célèbre à la fin du 18e siècle. Pour se soustraire du mariage avec son père, une jeune fille s'échappe sous le déguisement d'une peau d'âne. Sur la scène dépeinte, elle dévoile son identité réelle et son père lui accorde de se marier au prince qui l'aime.

MenuFermer le menu